Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : France Israël Normandie
  • France Israël Normandie
  • : France Israël Normandie
  • Contact
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 21:57

africa.jpg

 

Les noms des groupes israéliens présents en Afrique sont moins connus que ceux de Dan Gertler ou Beny Steinmetz, des magnats miniers aux méthodes pas toujours orthodoxes.

 

Le continent n’en est pas moins une terre d’expansion pour Israël, qui y vend son expertise dans l’ingénierie, l’agronomie, l’irrigation et la sécurité.

 

Pas une semaine ne passe sans l’annonce d’un nouveau contrat entre un pays d’Afrique et Israël.

 

Parmi les plus gros projets en cours figure la centrale thermique au gaz naturel de Songon-Dagbé, qui sera construite dans la banlieue d’Abidjan par le groupe israélien Telemania pour 500 millions d’euros.

 

Les principaux débouchés des industries de pointe d’Israël se trouvent plutôt aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Chine.

 

Un signe qui ne trompe pas : l’Afrique est classée avec la Turquie, le Canada et le Brésil dans la section « reste du monde » des statistiques de l’Institut israélien des exportations et de la coopération internationale (IEICI).

 

Une vaste zone qui représente tout de même 24 % des ventes d’Israël à l’étranger.

 

Des échanges favorables à l’Afrique du Sud


En 2013, l’Afrique du Sud, le Togo, le Nigeria, l’Egypte et le Kenya ont été les principaux partenaires commerciaux d’Israël en Afrique.

 

Le Togo, d’habitude moins important, ne se retrouve classé second qu’en raison d’une forte variation annuelle, avec 191 millions d’importations en provenance d’Israël, contre 64 millions en 2012 selon les statistiques israéliennes.

 

Le pays de Mandela draine l’essentiel des échanges, dans une relation qui repose en grande partie sur l’industrie diamantaire et s’avère favorable à l’Afrique du Sud.

 

Les produits et biens d’équipement importés d’Israël ont atteint 425 millions de dollars en 2013 (dont 147 millions de diamants).

 

Les ventes de minerais et métaux précieux de l’Afrique du Sud à Israël se sont élevées à 721 millions de dollars (dont 283 millions de diamants).

 

Un flux constant de gemmes va et vient entre les deux pays. Les diamantaires de Tel-Aviv s’approvisionnent en Afrique du Sud auprès du groupe De Beers en gemmes bruts, pour y réexporter ensuite des pierres taillées.

 

« Pour le reste, les sociétés israéliennes s’intéressent surtout aux marchés de l’agro-technologie, des technologies de l’information, de l’énergie renouvelable et du traitement des eaux », note Itaï Melchior, l’attaché économique de l’ambassade d’Israël à Johannesburg.

 

Le Nigeria, de son côté, a importé pour 155 millions de biens israéliens en 2013 (contre 368 millions en 2012) alors que ses ventes à Israël ne dépassent pas 10 millions de dollars.

 

Quant à l’Egypte, elle a acheté pour 120 millions de biens à Israël en 2013 (contre 97 millions en 2012) et lui en a vendu pour 108 millions de dollars.

 

Le Kenya, de son côté, s’est approvisionné à hauteur de 91 millions auprès d’Israël (contre 120 millions en 2012), mais n’y a écoulé des produits qu’à hauteur de 27 millions de dollars.

 

Des amitiés particulières


Il ressort de ces chiffres des variations annuelles importantes, en fonction des contrats passés chaque année.

 

Des liens particuliers entre certains pays et l’Etat hébreu marquent ces échanges.

 

Comme le Togo, la Côte d’Ivoire, le Cameroun et la République démocratique du Congo (RDC) ont renoué avec Israël dès les années 1980, bien avant les autres pays membres de l’Union africaine (UA), qui avaient tous rompu en 1973 après la guerre du Kippour.

 

Le soutien militaire apporté par des experts israéliens au régime de Laurent Gbagbo, en Côte d’Ivoire, n’a pas empêché son successeur, Alassane Ouattara, de conserver de bons rapports avec Jérusalem.

 

Le président ivoirien compte parmi ses amis Stanley Fisher, le gouverneur de la Banque centrale d’Israël, un ancien collègue du Fonds monétaire international (FMI).

 

Aujourd’hui, le port autonome d’Abidjan comme l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny sont sécurisés par des filiales de la société israélo-canadienne Visual Defence.

 

En RDC, l’homme d’affaires israélien Dan Gertler, un proche du président Joseph Kabila, mène des affaires prospères.

 

Ses intérêts vont du diamant au cuivre en passant par le pétrole, l’agro-industrie et les infrastructures.

 

L’un de ses anciens associés, Beny Steinmetz, a en revanche été accusé de corruption en Guinée, où il s’est vu retirer ses droits sur le colossal gisement de fer de Simandou.

 

Pays anglophones et efforts de lobbying


Si l’Afrique reste perçue comme un terrain risqué où des aventuriers peuvent faire fortune, elle n’est pas dénuée d’intérêt pour Israël.

 

En septembre 2009, Avigdor Liberman, le ministre des Affaires étrangères, était passé par l’Ethiopie, le Kenya, l’Ouganda, le Ghana et le Nigeria, privilégiant des pays anglophones ou engagés dans la lutte contre les islamistes en Somalie.

 

Des efforts de lobbying sont par ailleurs entrepris.

 

En juin 2012, une délégation de cinq gouverneurs de banques centrales africaines (Ghana, Kenya, Ouganda, Sud-Soudan, Swaziland et Zambie) s’est ainsi rendue en Israël.

 

Un voyage sponsorisé par America’s Voices in Israel (Avi). Cette association organise des déplacements d’Américains influents pour changer leurs perceptions sur Israël.

 

Elle a entrepris de faire le même travail auprès des leaders d’opinions africains.

 

 

 

 

 

RFI--Les-voix-du-monde.jpg

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by France Israël Basse Normandie - dans International
commenter cet article

commentaires