Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : France Israël Normandie
  • France Israël Normandie
  • : France Israël Normandie
  • Contact
22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 17:07

terredisrael-photo-106.jpg

Un récent sondage sérieux montre qu'une majorité des Gazaouis étaient, avant le conflit actuel, opposés à la politique et aux dirigeants du Hamas, et sont même en faveur d’un cessez-le-feu. Il éclaire de manière aigue pourquoi le Hamas a choisi de pousser Israël à une intervention militaire.


Alors que le Hamas a refusé chaque proposition égyptienne de cessez-le-feu (propositions soutenues par la ligue arabe, les Nations Unies, l’Europe et les Etats Unis), un élément crucial est moins connu :

 

Les habitants de gaza s’opposent à la position du Hamas.



Ces conclusions sont fondées sur une enquête menée du 15 au 17 juin dernier par un institut de sondage palestinien reconnu, qui a mené des entrevues individuelles directes à travers la bande de Gaza, en utilisant les règles d'échantillonnage des enquêtes sociologiques.

Le sondage a été conduit auprès d'un échantillon représentatif de 450 habitants de Gaza (ce qui induit une marge d'erreur d'environ 4%.)

On apprend ainsi que 70% du panel était d’accord ou fortement d’accord avec le maintien d’une situation cessez-le-feu dans le bande de Gaza et en Cisjordanie.

Cette attitude est corroborée par les 73% des sondés qui se sont déclarés favorables à des propositions de "résistance populaire non violente contre l’occupation israélienne".

ils sont 57 % à soutenir la position de Mahmoud Abbas, qui veut que le nouveau gouvernement d’unité renonce à toute violence contre Israël.

Il convient de préciser que certaines opinions ont pu changer depuis le début des frappes israéliennes qui ont fait naitre un sentiment de colère parmi la population gazaoui.

Toutefois, les résultats de ce sondage sont sans équivoque et indiquent le rejet de l’escalade militaire par les habitants de la bande de gaza, et une position favorable à un cessez-le-feu, qui se maintiendrait aujourd’hui.

Le sondage met en lumière le mécontentement des Gazaouis à l’égard des méthodes de gouvernance du Hamas. Une large majorité (71%) dénonce une criminalité galopante quand 78% pointent du doigt la corruption des officiels palestiniens.

Une part aussi importante des sondés estime que la présence de milices palestiniennes, non organisées sous une structure formelle d’organe de sécurité, est un problème d’importance.

À la lumière de cette insatisfaction à l’égard du Hamas concernant des problématiques de sécurité et d'administration, la plupart des répondants se disent favorables à la perspective d’une prise de contrôle de l’Autorité Palestinienne (AP) dans la bande de Gaza.

Près de 90% des sondés s’affirme d'accord avec l’énoncé :

 

« l’AP doit envoyer des fonctionnaires et des agents de sécurité à Gaza pour prendre en charge l'administration ».

Contrairement à la perception commune, le Hamas n’a pas bénéficié politiquement de l’enlèvement et de l’assassinat des trois adolescents israéliens.

A la question du prochain président de Palestine, une solide majorité choisirait Abbas ou d’autres leaders du Fatah, quand Ismail Haniyeh et Khaled Mashal, à la tête du Hamas, recevraient un total de 15% des intentions de vote.

L'économie Gazaoui a énormément souffert au cours de la dernière année, faisant grimper le chômage jusqu’à 40%.

 

La fermeture de plusieurs tunnels de contrebande par l'Egypte et le conflit entre le Fatah et le Hamas sur les salaires suite à leur réconciliation n’a fait qu’exacerber la population.

Les résultats du sondage de juin vont même plus loin puisque ses indicateurs montrent que 82% des Gazaouis seraient prêts à se tourner vers Israël pour trouver un emploi.

Ceux-ci souhaitent « voir Israël permettre à davantage de Palestiniens de travailler en Israël.»

La population civile de Gaza seraient donc en faveur d’une certaine normalisation des relations avec Israël, afin de trouver du travail.

L'enquête démontre le contraste entre les souhaits de la population et les décisions du Hamas.

La popularité de l'organisation islamiste était au plus bas avant l'opération militaire israélienne : aucun indicateur ne prouve qu’elle a rebondi ou qu'elle rebondira lorsque le Hamas devra rendre des comptes sur sa gestion calamiteuse de l'enclave.

Les résultats de ce sondage sont restés confidentiels, ils devraient pouvoir être porteurs de quelques perspectives.

 

 

Benjamin Fredj,

 

israel-info.gif

Partager cet article

Repost 0
Published by France Israël Basse Normandie - dans Israël
commenter cet article

commentaires