Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : France Israël Normandie
  • France Israël Normandie
  • : France Israël Normandie
  • Contact
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 05:47

France Israël Basse Normandie (37)

 

Alors qu’un accord avait déjà été signé quelques années auparavant sans début de réalisation, Fatah et Hamas ont trouvé en quelques jours un terrain d’entente pour une éventuelle réunification.

C’est véritablement un miracle car aucune des deux parties n’était prête à s’engager sur la voie d’une réconciliation.

 

Mais les temps ont changé et des nuages se pointent à l’horizon.

 

Hamas affaibli


Depuis la chute de Mohamed Morsi, le Hamas a perdu de sa superbe et il s’est affaibli à Gaza.

 

La destruction de près de 90 % des tunnels de contrebande et la fermeture du passage de Rafah a complètement isolé Gaza des pays arabes.

 

L’Arabie saoudite n’a toujours pas pardonné à Ismaël Haniyeh ses incartades avec les Frères musulmans tandis que la rupture avec Bachar Al-Assad avait été perçue comme un casus belli par l’Iran qui a cessé de financer les islamistes.

 

Cet affaiblissement a donc été l’occasion pour les partisans du Djihad islamique palestinien d’être plus actifs à Gaza en manifestant ouvertement contre Israël et les États-Unis.

 

Le Hamas s’inquiète donc de la hausse de popularité du Djihad devenu le groupe le mieux placé, selon les Gazaouis, pour réaliser les aspirations du peuple palestinien en fournissant de la nourriture et de l’argent aux pauvres en pleine période de crise économique.

 

Le Hamas se sentait donc doublé par ses extrémistes.

 

Mais un sondage publié en mars par le centre Watan de Gaza a convaincu Haniyeh de baisser ses prétentions et d’être moins intransigeant :

 

23 % des habitants ont exprimé leur soutien au Hamas, 13 % au Djihad islamique et, renversement de situation, 33 % pour le Fatah.

 

L’élément le plus inquiétant s’exprime par une radicalisation des Palestiniens qui sont à présent 63% à privilégier la lutte armée aux négociations.

 

Le Hamas paie ainsi son échec dans l’amélioration des conditions de vie précaires après le renchérissement des produits de première nécessité et le manque d’électricité et de carburant.

 

Le Djihad en première ligne


Il a laissé le Djihad prendre la responsabilité du combat contre Israël, illustré par le lancement de 130 roquettes contre Israël le 12 mars.

 

Pourtant Haniyeh dispose de plus de matériel et de moyens financiers que le Djihad mais il a assimilé le fait qu’il ne peut supporter un conflit permanent avec Israël.

 

Les représailles israéliennes, impliquant la destruction de bâtiments et de structures administratives et militaires, risquent d’être pénalisantes.

 

Le Djihad islamique ne cache pas son alliance avec la Syrie et l’Iran et récupère ainsi une grande partie du financement arabe alors que l’alliance entre le Hamas et le Qatar a été mal acceptée par la population de Gaza qui ne trouve pas de justificatifs aux bonnes relations de l’Émir avec les États-Unis et Israël.

 

Le Fatah, et surtout Mahmoud Abbas, ont d’autres motivations pour s’engager dans la réconciliation avec le Hamas.

 

Il s’agit d’abord d’une sorte de provocation vis-à-vis d’Israël, accusé de temporiser dans les négociations de paix.

 

Une façon de lui forcer la main ou de se venger de l’absence de résultats.

 

La signature de l’accord de réconciliation par l’Organisation de libération de la Palestine repose en effet le problème de la définition du Hamas comme parti qualifié de terroriste, qui se refuse à reconnaître Israël et son existence tout en prêchant sa destruction.

 

Une alliance avec un ennemi aussi marqué d’Israël est considérée comme un casus belli puisque les négociations ont été suspendues.

 

Le bureau de Benjamin Netanyahou a publié un communiqué à l’issue d’une réunion de cinq heures du cabinet de sécurité :

 

« Au lieu de choisir la paix, Abou Mazen a conclu un pacte avec une organisation terroriste meurtrière ».

 

Il faut dire que cet accord rassure la droite nationaliste qui ne voit plus pointer la paix dans un horizon proche.

 

Crise de succession


En fait Mahmoud Abbas, contesté au sein des instances dirigeantes palestiniennes, tend par ailleurs à résoudre à sa façon une crise aiguë de succession au sein de l’Autorité palestinienne.

 

Le chef vieilli est attaqué par ses propres amis.

 

La plupart des anciens membres sécuritaires du parti ont rejoint Mohamed Dahlan, l’ancien chef des services de renseignements et ennemi juré du Hamas avec qui il a un contentieux depuis son éviction de Gaza.

 

Les généraux égyptiens et les Émirats arabes l’ont adoubé dans leur guerre contre les Frères musulmans.

 

Le président de l’Autorité, de plus en plus isolé, trouve donc un moyen de narguer son concurrent direct.

 

Une semaine avant de rencontrer en mars Barack Obama à Washington, Mahmoud Abbas avait consacré son discours à dénoncer Mohamed Dahlan.

 

Il avait d’ailleurs immédiatement pris des mesures radicales en réduisant le salaire d’une centaine de militants pro-Dahlan et constitué une commission interne pour purger les rangs du Fatah des éléments actifs dont certains ont ouvert le feu sur les habitations des conseillers à la sécurité du président et ont tué un représentant de l’Autorité dans un camp de réfugiés palestiniens du Liban.

 

Il soupçonne Dahlan d’avoir un plan d’invasion de Gaza depuis la frontière entre l’Égypte et Gaza.

 

La réunification du Hamas et du Fatah tend ainsi à contrecarrer les velléités de Dahlan à attaquer le Hamas.

 

La signature de l’accord Fatah-Hamas est un élément de la guerre de succession de Mahmoud Abbas dont le mandat a expiré en 2009.

 

Pour l’instant la bataille est feutrée mais elle pourrait prendre une forme plus brutale dès lors où la jeune garde dynamique est attaquée de front. Cet accord est une illusion d’entente.

 

Les inimitiés restent totales et les haines ne seront pas dissipées par un document sans avenir qui devra voir son application dans plusieurs semaines.

 

Ce ne sera pas la première fois qu’une tentative de réconciliation est engagée sans conséquence tangible puisque le Fatah et le Hamas n’ont jamais été au bout de la réalisation des termes de leur contrat.

 

Chacun cherche uniquement à avancer ses propres pions.

 

 

Jacques Benillouche,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : thetimesofisrael-fr

 



Partager cet article

Repost 0
Published by France Israël Basse Normandie - dans Israël
commenter cet article

commentaires