Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : France Israël Normandie
  • France Israël Normandie
  • : France Israël Normandie
  • Contact
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 17:50

alliance-France-israel-basse-normandie.jpg

IMPRESSIONS DE BEYROUTH

 

 

Mercredi 10 juillet 2013, Maison de l’Avocat de la capitale libanaise. Je participe à la deuxième édition du Concours International de Plaidoiries « Louis Delamare pour les Droits de l’Homme » (le précité, Ambassadeur de France à Beyrouth, né à Trouville sur Mer et reposant au cimetière de Tourgeville, avait été assassiné au pays du Cèdre en 1981 sur volonté syrienne…).

 

Qu’un jury libano-français ait fait du Président de France-Israël Basse Normandie le lauréat de cette compétition doit être salué. A l’époque d’Internet, tout beyrouthin sait pertinemment quel est mon engagement majeur. Il s’est avéré que celui-ci n’a pas été une cause de « disqualification » et l’on doit s’en réjouir. Cela étant, ce constat ne doit pas faire oublier ce que demeure l’image d’Israël au Liban…

 

Le mardi 9 juillet, à la veille du Concours, Beyrouth Sud résonnait de l’explosion provoquée par le premier des trois attentats qui allaient maculer de sang l’été libanais. La lecture de la presse, le lendemain, fut édifiante. Une partie substantielle de la « mosaïque » partisane du pays –intégrant jusqu’à la formation politique de Saad HARIRI- crut pouvoir désigner les autorités de Jérusalem comme commanditaires d’actes dirigés à l’évidence contre le Hezbollah !

 

Mieux, Michel SLEIMANE, Président de la République, qui réserva à la délégation caennaise une réception officielle au Palais de Baabda au lendemain du concours, et se présenta à elle comme un homme d’Etat de grande modération, n’hésita pas à fustiger « la main d’Israël » qui apparaissait derrière cet acte terroriste…

 

La représentation du « voisin du sud » n’a pourtant pas été toujours aussi négative au Liban. Pour avoir été fréquemment l’hôte de ce pays, il m’est permis de faire état d’une évolution. Doivent être distingués l’ « avant » et l’ « après » juillet 2006, année et mois qui virent le déclenchement des opérations militaires de Tsahal en terre libanaise ; opérations menées contre le Hezbollah en réplique aux provocations du « Parti de Dieu » auteur de l’enlèvement et du meurtre de deux de ses soldats.

 

Deux anecdotes permettront d’illustrer la dégradation de l‘image d’Israël, consécutive à une guerre qui, au demeurant, et de l’aveu majoritaire, avait été mal préparée et en conséquence avait induit de réels « dérapages ».

 

Avril 2006, Hôtel Phenicia, Beyrouth. Un Karaoké. Je crois rêver : « Hava Naguila » !!!

 

Avril 2007, un restaurant du bord de mer à Tyr, dans le sud du pays. Neuf mois après la guerre, le tourisme est tout sauf florissant. Pour saluer une « table française », le serveur nous gratifie des vocalyses d’un chanteur supposé « de chez nous », Mike BRANDT… Je me permets de lui faire remarquer que le défunt interprète de « Qui saura » était israélien ! Quelques secondes après, le même serveur revenait à notre table… et brisait devant nous le « CD sacrilège »…

 

Certes, ce ne sont que des anecdotes, ponctuelles. Mais en 2013, « Hava Naguila » n’a plus droit de cité à Beyrouth et Mike BRANDT n’est pas réhabilité dans le restaurant de Tyr. Pour autant, il faut se garder de verser dans l’extrême simplification et l’absolu pessimisme.

 

En effet, l’un des éditoriaux de juillet dernier de « L’Orient le Jour », le grand quotidien francophone du Liban, n’hésitait pas à mettre en garde contre tout réflexe pavlovien consistant à dénoncer systématiquement Israël comme le responsable des plaies libanaises. Son auteur appelait ses compatriotes à « balayer devant leurs portes » avant toute recherche de culpabilité au-delà des frontières. Et l’auteur de l’éditorial de vilipender le microcosme politique national, bon à être jeté par-dessus bord avant refondation des institutions politiques libanaises. Exit le « Mouvement du 8 Mars », Exit le « Mouvement du 14 Mars », Exit le Hezbollah, exit le parti de Michel AOUN…

 

Le Liban de 2013 affiche toute sa fragilité. Exposé notamment aux débordements du conflit syrien, il connaît aujourd’hui une quête identitaire : quel partage de valeurs réel entre les ressortissants du Hezbollah évoluant à Beyrouth Sud et la jeunesse festive qui anime les nuits de Jounieh ?

 

La France entretient avec le pays du Cèdre des liens indéfectibles d’amitié, forgés au temps du Mandat conféré par la Société des Nations. Pour autant, avant de quitter les rivages de la Méditerranée Orientale, l’ex puissance mandataire avait tracé pour la République à naître le sillon que celle-ci allait emprunter : celui du communautarisme, constitutionnellement traduit par d’immuables dévolutions de fonctions selon les appartenances : un Président de la République chrétien maronite, un Premier Ministre musulman sunnite, un Président du Parlement musulman shiite…

 

Les incertitudes actuelles qui pèsent sur le Liban doivent assurément beaucoup à ce choix originel qui n’a pas servi l’unité nationale et la cohésion sociale…

 

 

Daniel Charles BADACHE

  D.C. BADACHE

Président Alliance France Israël

Basse Normandie,

france-israel

Partager cet article

Repost 0
Published by Alliance France Israël Basse Normandie - dans Président
commenter cet article

commentaires