Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : France Israël Normandie
  • France Israël Normandie
  • : France Israël Normandie
  • Contact
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 16:56

quenelle-drancy.jpeg

Depuis quelques années, on peut parler de déferlante antisémite (ou raciste) sur les réseaux sociaux.

 

On se souvient que sur Twitter, le « hashtag #unbonjuif » de certains internautes, avait suscité un nombre record de tweets à caractère antisémite qui témoignaient de la résurgence d’un racisme à l’égard des juifs particulièrement inquiétant.

 

Ce dérapage avait été dénoncé par plusieurs associations qui avaient assigné Twitter en justice pour contraindre le réseau à lui communiquer, avec l'autorisation du juge, les données permettant d'identifier les auteurs de tweets racistes et antisémites. 

Après des mois de bataille judiciaire, le réseau social américain avait finalement livré « les données susceptibles de permettre l'identification de certains auteurs » de tweets antisémites.

 

Autre exemple :

 

les « pièges à juifs », une soi-disant « plaisanterie » qui sillonnent en Belgique les réseaux sociaux.

 

Il s'agit de clichés qui ciblent les juifs comme celui-ci : sur son compte Facebook un internaute a déposé une image qu’il a trouvée sur Twitter.

 

Sur ce cliché, on peut y voir un four avec deux billets de banque qui représente un… « Piège à juif.»

 

Sur Twitter, la « blague du piège à juifs » est répandue depuis longtemps.

 

On trouve plusieurs clichés similaires, souvent avec un four renfermant des billets, parfois avec une boîte contenant quelques pièces.

 

Plusieurs sont signalés et retirés au fur et à mesure par le réseau social, mais de nouveaux clichés plus ou moins identiques fleurissent aussitôt.

 

Heureusement, certains twittos et membres de Facebook soulignent le mauvais goût de ces sorties ou en essayant de faire la « morale » à ceux qui postent de telles choses.

 

Et sur Facebook, que trouve-t-on ?

 

Cela fait depuis plusieurs années que des supporters probables et autres fans de Dieudonné M’bala M’bala notamment ont investi les réseaux sociaux, en premier lieu Facebook.

 

Les messages qu’ils déposent sont particulièrement violents et le nombre de pages antisémites et racistes ne cesse d'augmenter.

 

Mais ce sont surtout les messages et vidéos négationnistes qui prennent de l’ampleur.

 

Nous avons mené l’enquête.

 

Voilà ce que l’on trouve ici ou là. Un vrai petit musée des horreurs.

 

Sur un compte Facebook, un photomontage négationniste.

 

La page « Quenelle » l'a repris le 5 mars.

 

On y voit Adolf Hitler, au téléphone et les phrases suivantes apparaissent :

 

« 6.000, 600.000, 6 millions. J’en sais rien, moi… C’est l’intention qui compte… Mais vu le nombre en 2014, c’est à se demander si on n’avait pas installé des couveuses… ».

 

Sur un autre compte Facebook, une affiche (de film) a été détournée.

 

En plein milieu de celle-ci, on voit Alain Soral, il porte un casque de soldat américain et la légende est la suivante :

 

« Un film de Robert Faurisson. Il faut sauver le soldat Soral avec Dieudonné M’Bala M’bala et Alain Soral. Leur mission : sauver la bête immonde. »

 

Sur une autre page, on proclame qu’ « Hitler a cofondé Israël avec les Juifs sionistes. »

 

Là, on affirme que l’on est pour la « séparation de l’Etat et de… la religion de la shoah ».

 

Il est notamment écrit que « malgré toutes ces précautions législatives et « éducatives », des citoyens ont tout de même osé blasphémer cette religion de la shoah en effectuant le geste de la quenelle dans des lieux symboliques (wagons de déportation, camp de Birkenau, mémorial…)… »

 

Autre compte, cette fois une caricature antisémite est publiée.

 

On voit un Rabbin se tenant devant l’entrée du Camp de Birkenau avec la légende « Chacun son business… »

 

Autre page, autre caricature : un professeur écrit « Shoah » au tableau noir.

 

Les élèves réagissent :

 

« Et mon cul sur la commode. » « …nanas », réveille-moi à la fin du cours », « C’est à Gaza en live », « c’est du business », « Lire Faurisson pour cela… »

 

Dans « La marche de la quenelle », on trouve un lien vers un site antisémite, complotiste et délirant, avec la mention : « Hitler n'est pas mort en 1945 », ainsi qu’un photomontage ridiculisant Anne Frank.

 

Dans la page intitulée « Soutien à Noémie Montagne (la compagne de Dieudonné) et Dieudonné M'Bala M'Bala », une vidéo est déposée.

 

Ahmadinejad, l’ancien Président iranien, y nie la Shoah.

 

Sur « La marche de la quenelle », Joe le corbeau qui gravite dans la sphère de Dieudonné et fait des juifs sa principale cible, prend la défense de Vincent Reynouard, un négationniste français qui se réclame de l'idéologie nationale-socialiste, condamné le 8 novembre 2007 à un an de prison et 10 000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Saverne (Bas-Rhin) pour contestation de crimes contre l'humanité, pour avoir écrit et fait distribuer la brochure « Holocauste, ce que l'on vous cache » auprès de musées, de syndicats d'initiative et de mairies d'Alsace.

 

Dans le même compte, une vidéo de Vincent Reynouard a été déposée.

 

Dans la page des quenelliers toulousains, on proclame :

 

« Arnaque à la Shoah plus de 42 millions de dollars détournés… »

 

Cet autre « quenellier » publie une photo du mur de séparation dans les territoires.

 

La légende est la suivante : « Auschwitz ? Non Israël. »

 

Là, une vidéo de Faurisson y a été déposée.

 

Ailleurs, le dénommé Dieudovore affiche :

 

« Mensonges sur l’extermination des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale ».

 

Plus loin, le même a déposé :

 

« Auschwitz : la surprenante vérité occultée : pourquoi les chambres à gaz sont un mythe ».

 

La page « Vaincre l'Oligarchie pour les Générations Futures », s’ouvre sur une autre vidéo de Faurisson.

 

Quant aux dieudonnistes de Haute-Savoie, ils ont déposé une vidéo négationniste :

 

« La vérité sur les camps de concentration : les preuves ! » 

 

Ailleurs, le « Mouvement Quenellier via Quenellesat », affiche « l’hymne de l’ananas » avec « six millions de vue ».

 

Un peu plus loin encore, une caricature immonde et un champ d’ananas.

 

Conclusion provisoire


Internet peut sembler être un endroit où tout est permis, mais ce n’est pas et ce ne doit pas être le cas.

 

Cet espace d’expression est un espace public comme les autres et il est soumis à des règles de vivre ensemble, où le respect de chacun est de mise.

 

De fait, les messages à caractères racistes repérés doivent faire l’objet d’une demande de suppression auprès du géant américain et s’ils n’obtiennent pas la suppression des propos, du groupe ou du compte Facebook de la personne responsable, les associations peuvent aller jusqu’en justice pour dénoncer ces propos racistes ou discriminatoires.

 

Rappelons ici qu’en septembre 2013, la garde des Sceaux avait réaffirmé dans un communiqué de presse que « les réseaux sociaux ne peuvent être des lieux d’impunité où se répandent et se banalisent la parole raciste et antisémite et les appels à la violence. »

 

Rappelons enfin que lors du 28e dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France, François Hollande s'était élevé contre la diffusion de messages à caractère raciste et antisémite sur les réseaux sociaux, affirmant notamment que leurs auteurs auraient des comptes à rendre à la justice.

 

 

 

 


Marc Knobel,
qsdgm5.jpg

Ancien professeur d’histoire-géographie, Marc Knobel a été attaché de recherches au centre Simon Wiesenthal à Paris. Il a été également vice-président de la LICRA et membre de l’Observatoire sur l’antisémitisme. Il est actuellement chercheur au Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). Par ailleurs, rapporteur à la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme, il remet tous les ans une étude sur le racisme sur l’Internet qui est publiée dans le rapport annuel de la CNCDH, remis au Premier ministre.  En 2000 : avec la LICRA et l’UEJF, Marc Knobel engage une action judiciaire contre le portail américain Yahoo parce que l’on y vendait des objets nazis. Ils obtiennent finalement gain de cause en 2001. En 2001 : Création avec les avocats Stéphane Lilti et Me Richard Sebban de l’association « J’Accuse », dont l’objet statutaire est de lutter contre le négationnisme, l’antisémitisme et le racisme sur l’Internet. De 2001 à 2011, Marc Knobel mène d’autres combats judiciaires contre des sites islamistes, négationnistes (Front 14 et le site de l’AAARGH)  et contre les fournisseurs d’accès sur Internet (FAI) pour leur demander de filtrer l’accès à ce site ; des sites néonazis, des librairies d’extrême droite (OGMIOS, l’Aencre) ... En septembre 2002, en juin 2005, en 2007, 2008, 2009, 2010, Marc Knobel participe à des formations sur « Internet et les atteintes à la dignité humaine » devant des magistrats français et étrangers à l’Ecole nationale de la magistrature, à Paris.  Il est l’auteur de très nombreux rapports, ouvrages, articles sur les thèmes et activités qui portent sur ses domaines de recherches respectifs : racisme et xénophobie ; antisémitisme et antisionisme ; négationnisme, nazisme et néonazisme ; islamisme, fondamentalisme, terrorisme ; et  Internet et les nouvelles technologies. Il publie en mai 2012, un ouvrage de 200 pages : L’Internet de la haine. Racistes, antisémites, néonazis, intégristes, islamistes, terroristes et homophobes à l’assaut du Web (Paris, Berg International Editeurs). Il publie en janvier 2013, Haine et violences antisémites. Une rétrospective 2000-2013, Paris, Berg international éditeurs, 350 pages.

Partager cet article

Repost 0
Published by France Israël Basse Normandie - dans France
commenter cet article

commentaires