Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : France Israël Normandie
  • France Israël Normandie
  • : France Israël Normandie
  • Contact
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 03:25
hamas_assassins.jpg
Les deux assassins des 3 jeunes Israéliens
Il est très difficile de rester impassible devant la lâcheté arabe lorsque trois jeunes adolescents sont assassinés de sang-froid.
Les Palestiniens et autres miliciens arabes ne seront heureusement jamais de bons guerriers car ils ne s’attaquent qu’à des civils et à des jeunes sans défense, au lieu de combattre Tsahal.
Ils ne leur ont laissé aucune chance d’être échangés.
Quand ils n’égorgent pas comme en Syrie et en Irak, ils tirent sur des prisonniers désarmés.
Mais il faut avoir beaucoup d’imagination pour trouver une réponse appropriée à ces meurtres sans bien sûr qu’elle ne soit qualifiée de disproportionnée par les Occidentaux.
L'armée a prévenu :  
«Nous préparons un plan pour faire avancer une opération dans la bande de Gaza. L'objectif est d'éviter l'escalade et agir de manière responsable».
On ignore avec certitude les véritables coupables de cet assassinat mais en tout état de cause les dirigeants palestiniens sont coupables et responsables.
Coupables de ne pas contrôler leurs militants et de ne pas les désarmer alors qu’ils disposent d’une police armée en surnombre, financée par l’Autorité palestinienne.
Or diriger un pays c’est y faire respecter l’ordre, à l’abri des terroristes, pour en faire un État de droit.
Comment peuvent-ils donc prétendre à créer leur propre État s’ils se laissent déborder par des groupes terroristes ? 
Alors ils font les jolis cœurs face à l’opinion mondiale et laissent des barbares commanditer en sous-main des massacres.
Ils sont aussi coupables parce que leurs services de sécurité sont débordés ou volontairement passifs.
D’une part, ils veulent se montrer respectueux des décisions internationales face aux médias et aux dirigeants mondiaux et, d’autre part, ils laissent leurs militants attiser la haine par des actes indicibles.
Sauf à évacuer le village des ravisseurs et à le raser entièrement pour y  construire une implantation du nom des trois victimes comme le préconisent certains extrémistes, rien ne pourra arrêter d’autres crimes similaires. 
Les terroristes du Hamas détruisent des jeunes vies tandis que l’armée israélienne détruit des pierres en représailles parce qu’elle tient à être respectueuse de la vie des autres, fussent-ils des terroristes.
Mais il y a toujours une limite à la courtoisie.
Alors le Cabinet de sécurité israélien s'est réuni en urgence et a échafaudé des mesures contre le principal suspect, le Hamas, parce que les assassins putatifs, Marwan Qawasmeh et Amer Abou Aisha, font partie de ses rangs.
Tous les observateurs s’attendent donc à une attaque contre Gaza sous une forme que seul l’État-Major décidera.
Certes, cela ne ramènera pas les jeunes israéliens à la maison et cela ne servira certainement pas de leçon car les terroristes sont intoxiqués par la propagande islamiste.
Le Cabinet israélien de sécurité est divisé sur la réponse israélienne approprié à l’assassinat des adolescents ce qui confirme la difficulté de la prise de décision.
Mais déjà les dirigeants du Hamas ont évacué leurs locaux administratifs pour se terrer dans les tunnels et les sous-sols des hôpitaux.
Ils n’apparaissent plus en plein jour de crainte de se faire assassiner.
Ils craignent qu’Israël ne décide de frapper le mouvement terroriste au sommet, même s’il s’agit d’une hydre à plusieurs têtes qui repoussent à mesure qu'on les coupe.
Alors craignant des mesures militaires qu’il redoute, le Hamas se prépare au combat diplomatique avec ses alliés régionaux même s’il continue à fanfaronner :  
«Les Brigades Ezzedine al-Qassam ont amélioré leurs capacités de roquettes  et sont maintenant en mesure de cibler n'importe quelle ville israélienne dans toute bataille à venir».
Alors le sauve-qui-peut diplomatique devient la règle. 
Les dirigeants du Hamas ont multiplié les contacts diplomatiques avec les chancelleries arabes et occidentales pour empêcher ou freiner toute action militaire israélienne.
Ils ont compris, qu’en apparaissant comme de faibles victimes, ils vont susciter la pitié face à un adversaire plus puissant et retourner la situation à leur profit.
Une fois l’horreur réalisée par ses militants, le chef du Hamas à l’étranger, Khaled Mechaal, pavane.
Il a alerté l'émir cheikh Sabah al-Ahmad du Koweït, président du Sommet arabe, les présidents du Yémen et du Soudan et le premier ministre malaisien Najib Abdul Razak pour leur demander de soutenir le peuple palestinien en guerre et de préparer une éventuelle riposte au Conseil de sécurité de l’ONU pour condamner Israël et l’obliger à cesser toute action militaire.
Mechaal a contacté l’Émir du Qatar, Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani, le Secrétaire général du CCG (Conseil de coopération du Golfe) Abdul Latif al-Zayani, le secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique, Iyad Madani, et le président iranien Rouhani pour organiser la riposte diplomatique.
C’est dire si Israël aura une lourde tâche et surtout les bras liés par l’opinion internationale qui prend toujours fait et cause pour les Palestiniens.
La Russie a aussi été approchée  dans le cadre d’un renforcement des liens entre le Hamas et Moscou.
Osama Hamdan, le chef du département des relations internationales du Hamas, a déjà planifié de son côté, une série de visites auprès des pays arabes.
Le Hamas, qui n’est pas capable de supporter le choc d’une attaque sur Gaza, sauf à envoyer des missiles sur le sud d’Israël, ne se prépare pas à la lutte militaire sachant qu’il sortirait perdant comme toutes les fois où il s’en est pris à l’armée israélienne, en 2008 et en 2012.
Mais il a l’option de la lutte diplomatique où il excelle sachant qu’il dispose à l’ONU d’une majorité automatique favorable à ses thèses.
Jacques Benillouche,
temps contretemps

Partager cet article

Repost 0
Published by France Israël Basse Normandie - dans Israël
commenter cet article

commentaires