Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : France Israël Normandie
  • France Israël Normandie
  • : France Israël Normandie
  • Contact
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 18:59

5860134n

 

Ce mardi 27 janvier 2015, dans le cadre des célébrations du 70ème anniversaire de la libération du Camp d’Auschwitz, le président de la République française, François Hollande, a confirmé le renforcement des sanctions contre le racisme et l’antisémitisme.

«Je veux aller plus loin, a-t-il dit, en améliorant la visibilité et l’efficacité des sanctions: ce qui supposera de généraliser la caractérisation raciste et antisémite comme circonstance aggravante d’un délit, et sortir la répression de la parole raciste et antisémite du droit de la presse pour l’intégrer au droit pénal général.»

C’est là une mesure capitale qui, si elle est mise en œuvre, permettra de faire tomber sous le coup de la loi les comportements et les propos antisémites, négationnistes et incitateurs à la haine, qui ont cours en toute impunité depuis des décennies, dans les écoles de la République.

 

Pour fixer les choses, je propose un bref rappel de quelques faits, parmi des centaines d’autres, que moi-même et d’autres blogueurs avions mis au pilori, en son temps, sur nos sites, sans aucun effet, la doxa –prétendument vertueuse – étant alors qu’il est «scandaleux» de stigmatiser une population «au nom de ses origines et de sa religion».

 

En conséquence, il était, sinon interdit, du moins fort risqué pour la réputation de quiconque osait parler vrai, d’appeler les choses par leur nom.

 

Contrairement à ce qu’annonçaient les faux prophètes de la sociologie rédemptrice, dans l’esprit du mythe idéologique de «l’état de nature» [1], illustré et théorisé par divers penseurs dont Jean-Jacques Rousseau, selon laquelle l’homme est naturellement bon et que c’est la société qui le corrompt [2], non seulement les incivilités graves ne se tarirent pas d’elles-mêmes par la vertu de l’intégration, mais elles atteignirent des sommets, comme illustré par les événements dramatiques récents.

 

Piqûre de rappel, pour juguler l’infection, si c’est encore possible

«Quarante minutes d’insultes (« Chiennes de juives », « Youpines », « T’es une pute, en plus t’es juive ») et de violences physiques, quarante minutes d’ »enfer » vécues par deux élèves, entourées par une douzaine d’autres qui exigent d’elles qu’elles demandent « pardon d’être juives »: ce n’est pas la « Nuit de cristal », c’est seulement un collège parisien, en mars 2002.»

(Quatrième de couverture du livre intitulé Les territoires perdus de la République).

Extrait du Nouvel Observateur [3]


«Elle n’aurait jamais imaginé cela. À la rentrée de janvier, Marie-Paule Hervieux, prof’ d’histoire dans un lycée parisien, organise une projection de « Nuit et Brouillard » pour sa classe de terminale économique. Des élèves soupirent, se couvrent les yeux, sabotent le film. Et une jeune fille de 17 ans, beurette sans complexe, lui lance:

« Y en a marre du ressassement de la souffrance des juifs! Et nous? Et les Palestiniens? »» [4].

Le monde de la prof’ s’est effondré.

 

Passionnée par son métier, organisant des conférences d’anciens déportés, des voyages d’enfants à Auschwitz, elle ne croyait pas que l’on puisse s’abstraire de l’horreur, ni exprimer de l’antisémitisme dans un cours sur la Shoah.

 

Depuis, elle réalise :

 

  • Qu’une de ses collègues a renoncé à sa projection, parce qu’elle redoutait les réactions des adolescents.
  • Qu’en salle des profs, certains trouvent effectivement qu’elle en fait trop, elle, la non-juive, et que la Shoah n’est plus de mise quand souffrent les Palestiniens.

Marie-Paule Hervieux a rejoint le camp des pessimistes.

 

Celui du collectif de professeurs, qui a publié […] un livre terrifiant: Les Territoires perdus de la République (Editions Mille et Une Nuits [2002, Fayard, 2004]. Ce livre est né du désarroi d’enseignants en histoire face aux réactions de leurs élèves musulmans, quand était abordée en classe la question du génocide des juifs.

 

Il rassemble des témoignages, des expériences, des citations d’enfants.

  • « On aime bien l’histoire, en ce moment, on fait la Seconde Guerre mondiale, et les juifs en prennent plein la gueule », raconte un élève.
  • Un petit malin vante « l’ingéniosité » des nazis, qui ont trouvé une méthode « pour exterminer le maximum de juifs ».
  • Un autre encore: « Hitler, lui, il avait compris. »
  • Ou bien: « Hitler, il aurait fait un bon musulman« …»

Plonger dans les collèges de la République est une expérience étrange.

 

On y voit des jeunes gens, adorables par ailleurs, des gosses durs mais attachants, que les professeurs voudraient tirer vers la citoyenneté, sortir de cette victimisation dans laquelle ils se complaisent.

 

Transformer ces jeunes, arabes, musulmans, souvent pauvres, forcément humiliés, en individus agissant et parlant pour eux-mêmes.

 

Mais les effets de groupe sont si forts, et si commodes les haines inventées par d’autres. Certains interrogent professeurs et pions pour débusquer les enseignants juifs – et savoir ensuite s’en méfier.

 

D’autres écrivaient «mort aux juifs!», ou «vive Ben Laden! » sur leurs cahiers d’écoliers ou sur les murs, après le 11 septembre.

 

«Sales juives, on va vous faire la peau, la journée ne se passera pas sans mort»,

ont lancé en juin dernier des jeunes filles en fleur de Brunoy à des gamines d’un collège juif, venues passer le brevet dans leur établissement.

 

A la fin de la journée, une petite juive, rossée, a fini avec une minerve.

 

On regarde les jeunes, on se fait peur. Puis on se dit que les enfants ne sont pas seuls responsables. Ce sont des adultes qui leur ont transmis leur passion:

l’idée que la mémoire de la Shoah serait l’instrument d’Israël pour légitimer l’oppression des Palestiniens a été popularisée par des intellectuels pro-Palestiniens.

Et ce sont des adultes qui encouragent la haine par leur lâcheté.

 

Quand Joëlle, prof en banlieue parisienne, s’est effondrée en larmes en pleine classe, après avoir été bombardée de gommes et de règles par des élèves déchaînés et ravis «d’avoir fait l’intifada contre la prof juive», son proviseur a refusé de sévir contre les fauteurs de troubles.


C’était une «action collective», a-t-il expliqué, on ne pouvait pas désigner des responsables !


 

(...)

 

cliquer ci dessous pour lire la suite

 

thetimesofisrael-fr


 


 


Partager cet article

Repost 0
Published by France Israël Basse Normandie - dans France
commenter cet article

commentaires