Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : France Israël Normandie
  • France Israël Normandie
  • : France Israël Normandie
  • Contact
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 17:36

France Israël Basse Normandie (27)

 

Rachel crie et écrit son désespoir de voir que même les plus actifs de ses amis Palestiniens en faveur de la paix ont succombé au lavage de cerveau opéré par leur société. 

 

Choquée. Révoltée aussi.

 

C’est à une grande partie des Palestiniens et des Arabes israéliens que je m’adresse ici essentiellement.

 

Et en particulier, à ceux d’entre eux qui ont eu le privilège que je les considère comme des amis et qui ne le méritent plus parce qu’ils m’ont – qu’ils nous ont- trahie (s).

 

Pourtant, je lisais et entendais encore il y a peu de vos touches, de vos bouches, de courageux mots de paix.

 

Vous avez même parfois été inquiétés par votre police qui, si elle coopère parfois avec Israël, vous interroge et vous menace quand vous avez la force de vous battre avec des drapeaux blancs, et que vous maintenez les contacts avec « l’ennemi », nous, les Israéliens.

 

Pourquoi acceptez-vous que vos institutions, qui représentent cet État dont vous souhaitez tant voir la reconnaissance unanime et universelle et la prospérité, condamnent d’un côté les terroristes et offrent leurs moyens à Israël pour vaincre ce fléau régional et ramener nos enfants chez leurs mères, et d’un autre côté, publient sur leurs sites officiels, en arabe, le plus loin qu’elles puissent de la compréhension occidentale, des caricatures clairement antisémites, qualifiant cette attaque terroriste de « coup de maître »?

 

Une campagne, ou devrais-je dire un assaut, a été lancée sur les réseaux sociaux, où vous postez des photos en faisant ce signe : trois doigts en l’air pour les trois « Shalit ».

 

Le « V » de la victoire customisé pour l’occasion.

 

Expliquez-nous pourquoi êtes-vous fiers, parce qu’il est impossible de l’interpréter autrement, de l’enlèvement de ces trois enfants ?

 

Pourquoi vous réjouissez-vous d’un acte abjecte, qui suinte le malheur, la souffrance, voire la mort ?

 

Ne me traitez pas de naïve.

 

La société israélienne comprend aussi des individus qui se réjouissent de l’humiliation, voire même de la mort, de Palestiniens.

 

Mais, et ce « mais » est capital :

 

quand un tel cas se produit, la condamnation d’une grande majorité de la population, de la presse et des institutions, parmi lesquelles l’armée, ne se fait pas attendre.

 

Où sont vos condamnations ? Où sont les réactions ?


Je sais aussi qu’il est plus facile de dire ce que l’on pense dans la société israélienne que dans la société palestinienne.

 

Chez nous, nous pouvons être élu et cracher sur l’Etat.

 

C’est un fait, la liberté d’expression est une de nos valeurs fondamentales.

 

Chez vous, cela peut revenir à déposer son arrêt de mort.

 

Et personne, surtout pas moi, ne vous demandera de courir ce risque individuellement.


Néanmoins, je cherche à comprendre.

 

Condamner cette attaque n’empêche pas de blâmer, si vous l’estimez nécessaire, Israël.

 

Vous pouvez même continuer à critiquer Israël comme bon vous le semble et vous taire au sujet de cette attaque, si la hardiesse, inéluctable, vous fait défaut pour réprouver publiquement cet acte odieux.


Dites-moi ce qui justifie votre soutien actif au kidnapping par des terroristes de trois enfants.

 

Considérer l’arrestation d’enfants palestiniens par Israël comme la motivation de votre campagne est une utilisation que vous faites des vôtres.

 

Condamner ces arrestations et ce kidnapping, et vous serez légitimes.

 

Continuez à vous amuser de cette terreur, à défendre ces horreurs et ceux qui les commettent, et vous serez méprisés.

 

En attendant, mes ex-amis, vous confirmez ceux qui affirment qu’il n’y a pas de partenaire palestinien pour la paix.

 

Vous gagnez peut-être une bataille, temporairement.

 

Mais vous ne pouvez pas gagner la guerre.

 

Car en cassant le dialogue que nous établissions depuis quelques années, vous l’avez perdue.

 

Vous n’aviez pas le droit de me faire ça…

 

 

rachel-eleazar.jpg

Rachel Eleazar,

 

 

thetimesofisrael-fr

Partager cet article

Repost 0
Published by France Israël Basse Normandie - dans Israël
commenter cet article

commentaires