Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : France Israël Normandie
  • France Israël Normandie
  • : France Israël Normandie
  • Contact
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 18:14

drapeau-palestine.jpg

Il devient décidément extrêmement difficile de suivre et comprendre la diplomatie occidentale et plus précisément la diplomatie française.


En effet, depuis plusieurs mois, nous pouvons constater une mobilisation sans précédent à l’encontre de la Russie, et plus particulièrement de la Crimée qui revendique le droit à l’autodétermination.


Vous savez, le fameux principe gaullien « Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes », cher à la France, et depuis, adopté par le monde occidental.

 

Or, étrangement, le peuple de Crimée, établi sur un territoire bien défini, aux frontières internationalement reconnues, qui a une histoire ancienne et connue, qui dispose de tous les outils régaliens d’un Etat ( armée, parlement, partis politiques, justice, police, monnaie,…) a décidé de procéder à un vote populaire et démocratique afin de définir son avenir et son devenir. Le peuple décide, à 95% des votants, de s’établir en Etat indépendant.

 

 L’histoire, la démocratie et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes devraient donc, indiscutablement, amener les Etats à reconnaître l’ Etat de Crimée.

 

Eh, bien, non !

 

L’Occident considère que l’existence de cet Etat est illégale et qu’il ne sera pas reconnu comme tel.

 

Pire que cela, tous ceux qui le reconnaîtront seront sanctionnés, voire boycottés par les Etats occidentaux dont la France !

 

Or, étrange double langage ou confusion des esprits, ceux-là même qui se refusent à reconnaître cet Etat, qui, lui, a un passé d’Etat, qui a un contour géographique non discuté ni disputé, qui possède tous les éléments régaliens pour constituer ce qu’on dénomme un Etat, on pourrait même dire de le rétablir dans son statut d’Etat, ceux-là même qui lui réfutent le droit à la qualification d’Etat, s’obstinent à vouloir reconnaître la Palestine comme Etat.

 

D’après ces mêmes gouvernants occidentaux, la Palestine mérite donc une reconnaissance internationale.

 

Il faut donc reconnaître le statut d’Etat à cette Palestine, qui n’a aucun passé historique connu, aucune existence antérieure connue, dont la limite géographique n’est ni connue, ni acceptée, dont aucun élément régalien normalement constitué n’existe, qui n’a pas d’armée, dont la police et les fonctionnaires n’existent que grâce à l’aide humanitaire internationale et dont la démocratie laisse tant à désirer, et qui, de surcroît, est administrée par deux administrations hostiles, pour ne pas dire en guerre !

 

Cette Palestine, d’après ces mêmes gouvernants occidentaux, mériterait donc une reconnaissance internationale !


Nous sommes donc dans un ballet diplomatique virtuel qui reconnait ce qui n’existe pas et se refuse à reconnaître ce qui existe.

 

En agissant comme il le fait, l’Occident se fourvoie, comme il s’est largement fourvoyé depuis quelques années en faisant de la Libye un champ de ruines, ouverte aux guerres tribales, et devenant le berceau du terrorisme africain qui a explosé au Mali où nos soldats versent leur sang.

 

C’est cet Occident qui s’est encore fourvoyé en laissant s’installer en Irak et en Syrie un terrorisme florissant, sur le cadavre des Etats syrien et irakien, où nous sommes aujourd’hui obligés de combattre dans des conditions des plus difficiles.

 

L’Occident s’est encore fourvoyé en s’alliant à l’Iran et en s’appuyant sur le Qatar qui ont investi l’Europe et financent les foyers du terrorisme européen.


Si on ajoute à tout cela, le fiasco afghan et la terrible bourde ukrainienne, on peut dire que les dirigeants occidentaux, menés par les Etats-Unis, ont guidé l’Occident vers le désastre.


C’est dans ce contexte que nous faisons face à la plus grave erreur géostratégique de l’Occident depuis les accords Sykes-Picot, accords dont nous payons, malheureusement, aujourd’hui le lourd tribut.


Mais au-delà de ces considérations géostratégiques globales et mondiales, qu’en est-il sur le plan local ?

 

Est-ce que ce vote de reconnaissance de l’Etat Palestinien par les parlementaires européens, voire par certains Etats européens comme la Suède, contribue-t-il à une marche vers la Paix ?


Que nenni !


En effet, si tel était le cas, s’il suffisait aux Etats de mettre par écrit leurs fantasmes afin de mettre fin aux conflits, on n’en serait pas là !

 

Bien au contraire, depuis quelques années, les décisions aberrantes des diplomaties occidentales ne font que souffler sur la braise: Libye, Mali, Nigéria, Irak, Syrie, Kurdistan, Ukraine, Afghanistan,..

 

la liste est longue des fiascos successifs !


A ces fâcheuses décisions, il faut ajouter la manière lamentable dont les alliés arabes ou africains ont été lâchés par leurs alliés occidentaux créant la plus grande crise de confiance de l’après-guerre; ils ont lâchés la Tunisie, l’Egypte, les Etats du Golfe, … et cela au profit de nos ennemis déclarés: Iran, Islamistes, Talibans,….


Telle est la triste réalité !


Alors, la question qui se pose aujourd’hui est la suivante:

 

une reconnaissance de l’Etat Palestinien sans accord israélo-palestien peut-il faire avancer la Paix dans la région?

 

La réponse est clairement NON !


Personne aujourd’hui, même le présent gouvernement israélien tant décrié en Occident, ne réfute le futur établissement d’un Etat Palestinien.


La question n’est pas de savoir si un Etat Palestinien doit exister, mais quel Etat Palestinien ?

 

Veut-on un Etat Palestinien pacifique, voué au bien-être de son peuple, au développement économique et social, vivant paisiblement avec ses voisins ?

 

Ou veut-on un Etat Palestinien, base avancée de l’Etat Islamique, et de surcroît base arrière de la République Islamique Iranienne ?

 

- Veut-on un Etat Palestinien qui éduque sa jeunesse ou un Etat qui la sacrifie au Djihad?

 

- Veut-on un Etat tolérant qui accepte toutes les religions sur son territoire, qui accepterait des juifs et des chrétiens comme les israéliens acceptent des chrétiens et des musulmans, ou un Etat qui chasse de ses territoires juifs et chrétiens et qui se veut « Judenrein »?


Veut-on faire de Jérusalem la capitale mondiale des trois monothéismes où chacun, selon sa foi, peut pratiquer en toute liberté sous la protection d’Israël comme cela est le cas depuis 1967?

 

Ou une ville qui fait du seul lieu-saint du judaïsme des latrines comme cela a été le cas jusqu’en 1967 ?


Voilà les questions fondamentales qu’il faut se poser avant de mettre sur les fonds baptismaux cet Etat Palestinien.

 

Et cela ne peut se faire que par la négociation directe et sincère entre israéliens et palestiniens !


Ne nous leurrons pas, les Israéliens n’accepteront jamais de récidiver l’erreur monumentale du retrait unilatéral de Gaza qui, au lieu d’apporter la Paix, a apporté la misère pour les gazaouis, la haine et la guerre tant vers les israéliens que vers l’autorité palestinienne.

 

Une décision unilatérale de reconnaissance ne ferait que fortifier les plus radicaux des palestiniens, les berçant de l’illusion qu’ils pourraient tout obtenir sans rien concéder, qu’ils n’auraient que des droits et aucun devoir.


Voilà l’erreur géostratégique majeure, une de plus, qui pourrait résulter de ces décisions aberrantes de reconnaissance unilatérale.


Ce qui est encore plus révoltant dans ce processus engagé au Parlement français, c’est le sentiment que cette farce n’a qu’un but de politique intérieure, calmer l’ardeur des « frondeurs » en leur jetant en pâture l’Etat Juif comme naguère le Tsar jetait en pâture les juifs pour calmer la foule affamée !

 

Ainsi, l’Assemblée Nationale et le Sénat français donnent l’impression de vouloir donner un hochet aux « frondeurs » et « écologistes » en tous genres afin de les contenter à bon compte, les anesthésier sur les réels problèmes du pays et calmer ainsi leur contestation !

 

Nous savons que le Président de la République et le Premier Ministre n’étaient pas favorables à ce vote, qu’ils sont opposés à la reconnaissance unilatérale.


Il est donc urgent qu’ils le fassent savoir, dans l’intérêt de la France, dans l’intérêt de l’Europe mais surtout dans l’intérêt de la Paix et pour l’honneur, tant bafoué, de l’Occident !

 

 

 

 

 

Richard-C.-Abitbol

Richard C. ABITBOL,

Président de la Confédération des Juifs de France

et Amis d’Israël


 


Tel a vivre 


 


 


Partager cet article

Repost 0
Published by France Israël Basse Normandie - dans Israël
commenter cet article

commentaires