Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : France Israël Normandie
  • France Israël Normandie
  • : France Israël Normandie
  • Contact
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 18:35
hamas-25.jpg
Les citoyens juifs européens et les amis d’Israël qui aspirent à une paix au Proche-Orient reposant sur un accord entre Israéliens et ‘’Palestiniens’’, selon le principe « deux peuples, deux États », ont lancé un appel aux chefs d’État et de gouvernement des pays européens pour leur demander de se joindre aux États-Unis afin de proposer un accord-cadre et sauver la solution à deux états.
Un appel publié, comme il se doit, le vingt juin, dans les journaux nationaux Le Monde et Libération.
JCall, c’est de cette association dont il s’agit, assure que le statu quo « est source de danger ». Il est bon de savoir que l’Etat d’Israël a des amis !
Ainsi, préconisent-ils, l’accord-cadre imposé permettrait aux belligérants de reprendre les négociations et d’essayer de parvenir à « un accord sur la base des principes suivants, connus de tous ».
- Un retour aux frontières de 1967, avec des échanges consentis de territoires d’égale superficie afin de tenir compte des réalités sur le terrain et de limiter le nombre d’Israéliens qui devront revenir au sein des frontières de l’État d’Israël.
272-hamas-fatahDe la sorte est validée la volonté musulmane de la création d’un état purifié de toutes présences de Juifs. Un pays édifié sur ce qui est le berceau du Judaïsme. Territoire qui, vraisemblablement, importe très peu à ces ‘’amis’’ juifs européens.
- Des mesures de sécurité accordées aux deux parties, garanties notamment par une présence internationale reposant principalement sur les États-Unis.
Al-Qaïda se trouvant déjà sur le Golan syrien mais aussi aux portes de la Jordanie, il n’y aurait donc pas plus urgent pour le peuple israélien que de retirer Tsahal de la vallée du Jourdain et de remettre la sécurité du pays à une force internationale qui sera, à n’en pas douter, peu encline à utiliser sa puissance.
L’Irak étant l’exemple par excellence de la parole obamanienne et internationale.
- Différentes options proposées aux réfugiés palestiniens et à leurs descendants, pour résoudre définitivement leur problème. Ils recevraient des compensations et pourraient choisir de s’installer soit dans le futur État palestinien, soit dans leurs pays d’accueil actuels ou dans des pays tiers (à la discrétion souveraine des pays concernés), soit en Israël (pour une minorité symbolique d’entre eux, et à la discrétion souveraine de l’État d’Israël).
Si la « Palestine » se doit d’être judenrein, en revanche l’état du peuple juif se devra d’être mixte.
- Jérusalem capitale des deux États sur la base de la répartition actuelle des quartiers : ceux habités par les Juifs feraient partie de la capitale d’Israël, et ceux habités par les Arabes de la capitale du futur Etat palestinien. Les lieux saints seraient protégés par des accords internationaux et resteraient accessibles à tous.
JCall veut tant de bien aux Israéliens qu’il les dépossède du Mont du Temple, lieu saint qui a maintenu le peuple juif uni pendant plusieurs millénaires. Inutile, par ailleurs, de parler des murs et clôtures qu’il faudra construire pour tracer la frontière internationale.
- Une reconnaissance, par les deux parties, du droit des Juifs à disposer de leur État et du droit des Palestiniens à disposer du leur, sans préjudice des droits égaux de leurs citoyens respectifs.
gaza-hamas.jpg
Si les Arabo-israéliens bénéficient de droits égaux, il est évident que les ‘’Palestiniens’’ dans leur nouvel état ne devront pas porter préjudice à la population juive…dès lors qu’elle sera autorisée à revenir en Judée et en Samarie !
Demain n’étant pas, bien sûr, l’avant-veille de son retour !
Récapitulatif : Une « Palestine » totalement judenrein, la défense israélienne remise entre les mains et au bon vouloir d’une force étrangère, le Mont du Temple mis sous tutelle internationale et un Israël acceptant un certain « droit de retour ».
La paix rêvée par Abou Mazen voire par son associé le Hamas qui, une fois installé les rênes de la « Palestine » entre ses mains, se fera un devoir de poursuivre la lutte contre « l’entité sioniste ».
Une ‘’paix’’ des cimetières proposée par ceux qui s’affichent ‘’amis’’ d’Israël. On n’ose imaginer la ‘’paix’’ qui serait proposée par les ennemis de ce pays ?
victor perez
Victor Perez,

perez
Repost 0
Published by France Israël Basse Normandie - dans Israël
commenter cet article
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 18:14

Benjamin-Netanyahu

Le Premier ministre a fait savoir que les meurtres et l’incitation à la haine n’ont pas leur place en Israël

 

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a vivement dénoncé jeudi l’assassinat d’un adolescent palestinien dans un acte qu’il a qualifié de « crime odieux ».

 

S’exprimant lors d’un événement pour marquer la prochaine Journée de l’Indépendance américaine qui eu lieu chez l’ambassadeur américain en Israël Dan Shapiro, jeudi soir dernier, le Premier ministre a rappelé le meurtre de Mohammad Abou Khdeir, un adolescent palestinien de 16 ans dont la mort a déclenché des émeutes dans l'est de Jérusalem.

 

« Dans nos deux terres, les droits de la personne sont sacrés », a déclaré Netanyahu.

 

« Le premier des droits est le droit de vivre ».

 

« Je condamne sans équivoque l’assassinat d’un jeune Palestinien à Jérusalem commis il y a quelques jours », a-t-il poursuivi notant que l’enquête de la police sur le crime était toujours en cours.

 

« Nous ne savons pas encore les motifs ou l’identité des auteurs, mais nous les connaîtrons. Nous allons traduire en justice les criminels responsables de ce crime odieux quels qu’ils soient ».

 

Dans le quartier de Shuafat, où Mohammad Abou Khdeir a vécu, des dizaines d’Arabes avaient bloqué les routes avec des bennes et lancé des pierres pour la deuxième journée consécutive.

 

La police avait répondu avec des munitions anti-émeutes.

 

« L’assassinat, les émeutes et l’incitation à la haine n’ont pas leur place dans notre démocratie», a déclaré M. Netanyahu.

 

 

 

 

 

thetimesofisrael-fr

Repost 0
Published by France Israël Basse Normandie - dans Israël
commenter cet article
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 11:44

terrorisme.jpg

 

Le réflexe hostile des médias envers Israël non seulement rend une image déformée de la réalité mais en plus, impose ses incohérences partisanes à propos du convenable et de l'indignation.
En effet :

- c'est Israël que les médias accusent d'apartheid mais c'est dans les pays musulmans qu'il est impossible de construire un lieu de culte autre que musulman,

- c'est Israël que les médias accusent d’ostraciser les minorités bien qu'elles aient, toutes, des partis et des représentants élus au parlement, représentants libres de parole et de votes, alors qu'en pays musulman aucune minorité non musulmane n'a de droit d'association ou la possibilité d'élire des députés représentant un parti non musulman,

 

- c'est en pays musulmans que les chrétiens sont si inquiétés qu'il est impossible de ne pas affirmer qu'il s'agit d'un exode obligatoire. Mais ces médias se gardent bien, dans ces cas-là, de se poser en défendeur de la liberté de culte, leur défense de la liberté de culte ne se proclame que s'il s'agit de la liberté du culte musulman.

- lors de l'assassinat des trois personnes à Bruxelles, tous ces médias se sont transformés en psycho-sociologues chargés de «décrypter» et de justifier le comportement des djihadistes européens.

Rien à propos des victimes.

Pas la moindre empathie.

 

- ce sont des milliers de civils qui sont tous les jours sous la menace de missiles tirés au hasard sur des villes mais, pour ces mêmes médias, ce sont les Israéliens qui sont coupables de procéder à des représailles alors qu'ils n'ont pas eu à déplorer de victimes.

- aujourd'hui, trois lycéens ont été délibérément assassinés et ce, avec les félicitations du Hamas pour ces «héros indépendants du Hamas».

Il ne faut pas oublier que tous ceux qui demandent, aujourd'hui, à Israël de ne pas avoir des réactions «disproportionnées» avaient avalisé comme «proportion honorable» le chiffre de 1.027 palestiniens pour un Israélien (Guilad Shalit).

Cette arithmétique, internationalement officialisée, fait apparaître que le chiffre de  3.081=(1.027x3 ) palestiniens de moins de 18 ans tués en compensation des trois Israéliens de moins de 18 ans assassinés, ne devrait pas être considéré comme illogiquement disproportionné.

Il serait disproportionné de dépasser ce nombre et d'en tuer 3.082.

Les victimes collatérales supplémentaires n'auraient d'autre cause que personne ne peut être certain de l'âge des cibles.

Il est peut être venu le temps de montrer que ce qu'a fait Bachar en Syrie reste très «proportionné» en regard de ce que la colère d’Israël peut faire.


Ce qui ressort de tout ça c'est que la création d'un État Palestinien n'est ni une finalité ni un objectif : ce n'est plus qu'un prétexte à palabres et à «pilpoul».

Que les Palestiniens aient un État, ou pas, ne ramènera pas la paix dans la région.

Actuellement, toute la région s'embrase dans une sorte de folie suicidaire collective en forme de compétition macabre qui n'a d'autre projet que celui de se prétendre comme plus grand martyr de l'islam et ce, au plus grand bénéfice de tous ces «médias-Dracula» dont les profits sont directement proportionnels aux litres de sang versé.

 

 

 

 

Jean SMIA,

 

 

temps contretemps

Repost 0
Published by France Israël Basse Normandie - dans Israël
commenter cet article
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 08:20

khudair

 

tristesse

 

L'adolescent palestinien assassiné apparemment en représailles au meurtre de trois jeunes Israéliens a été brûlé vif après avoir été enlevé, selon les premiers rapports d'autopsie cités par les médias palestiniens samedi. Mohammad Abou Khdeir, 16 ans, a été kidnappé mardi soir dans le quartier de Chouafat à l'est de Jérusalem.

Son cadavre -entièrement brûlé selon l'avocat de la famille- a été retrouvé quelques heures plus tard mercredi près d'une forêt dans la partie ouest de la ville.

Les Palestiniens ont accusé des juifs extrémistes de l'avoir enlevé et tué.

 

Les premiers résultats d'autopsie ont indiqué la présence de fumée dans ses poumons, signifiant qu'il était encore en vie lorsque son corps a été brûlé, a rapporté l'agence palestinienne Maan, citant le procureur général Mohammad Al-Ouweiwi.

 

Le jeune garçon a également été blessé à la tête, mais cette lésion n'est pas la cause de la mort, a précisé le procureur.

 

La police israélienne a expliqué samedi qu'elle refusait de dire si le meurtre de l'adolescent correspondait à un acte de vengeance après ceux de trois adolescents israéliens retrouvés morts lundi après avoir été portés disparus pendant près de trois semaines.

 

Une porte-parole a assuré que la police examinait "toutes les possibilités", notant qu'il avait été décidé de ne rien communiquer sur les détails de l'enquête.

 

Israël a accusé le mouvement palestinien Hamas d'avoir enlevé les trois étudiants israéliens, mais ce dernier a nié.

 

Des milliers de personnes ont participé aux funérailles du jeune Palestinien vendredi à Jérusalem-Est où des heurts ont éclaté entre Palestiniens et forces israéliennes pour le troisième jour consécutif.

 

Ces violences se sont propagées samedi à trois localités arabes israéliennes du centre et du nord-est d'Israël.

 

 

Liens EUABN (1)

Repost 0
Published by France Israël Basse Normandie - dans Israël
commenter cet article
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 21:20

drapeau israel

Quelle fatalité nous oblige à systématiquement subir, à chaque soubresaut de l’histoire agitée de l’Etat d’Israël, les délires shizo-parano-mégalo hystériques, de ceux qui ont perpétuellement conseils et leçons de moralité à distribuer.

 

Depuis 1948 il ne se passe rarement un jour sans qu’un « cerveau éclairé » nous afflige de son « analyse » et nous abreuve de propos qui ne manquent pas de poésie mais qui sont totalement déplacés dans le contexte de haine régnant dans le conflit judéo-arabe.

 

Faut il leur rappeler, à ces Cassandre de Monoprix, que malgré leurs lamentations, Israël subsiste et se renforce chaque jour face à ses ennemis ?,

 

faut il leur rappeler que chaque espace de faiblesse dans le traitement du conflit s’est soldé par des catastrophes en terme de vies humaines ?,

 

pour toutes ces belles âmes pétries de grandes idées faut-il lire la litanie macabre du nom des morts juifs consécutifs au retrait de Tsahal du Liban ou de Gaza ou de se pencher sur ce qu’est devenue la Péninsule du Sinaï ?

 

Leur étroitesse d’esprit confinant à la malhonnêteté intellectuelle pourra-t’elle admettre que leurs grandes idées s’écrivent avec le sang des victimes de la terreur arabe ?

 

Et pourtant rien ne les lasse ces belles âmes, aucun attentat, aucun meurtre, aucun appel au génocide, rien, le néant cérébral, le vide sidéral, ils préfèrent, ces « amis d’Israël », délivrer leur diarrhée verbale sur leur thème mille fois rabâchés qui s’ils ne sont pas obsolètes sont tout simplement erronés.

 

Ils se ressemblent tous, jamais portrait n’aura autant mérité son nom de « Robot » tant leur message est convenu et raisonne avec la puissance philosophique d’un leitmotiv stalinien.

 

Avant tout développement ces « amis d’Israël » en sont « les grands défenseurs » et c’est au nom de cette défense qu’ils préconisent des mesures qui le condamneraient à disparaître, mais être un « grand ami » ne suffit pas car nous ne savons pas à quel point « ils en connaissent la réalité » et plus encore leur aptitude à capter les « demandes réelles de l’israélien de la rue ».


Alors ils ont « honte », ils « en ont marre », les plus humbles « ne comprennent pas », les plus cons « condamnent », les cris de colère d’une population aux réactions de violence exacerbées par la barbarie du Hamas, ceux-la même qui trouvent des circonstances atténuantes à force de contorsions intellectuelles déplacées à ce même Hamas et à sa rhétorique de mort, n’en trouve aucune à la majorité des israéliens qui eux soutiennent une politique de grande fermeté, usés par les attentats et les meurtres.

 

Parce qu’il faut dire que ces « grands amis d’Israël » ont tous fini par quitter le pays, quand ils s’y sont installés, car ils ne supportaient plus son mode de fonctionnement, peut être aurait-il fallu qu’Israël s’adapte à leur grande sensibilité et à leurs moralité sans faille, et que fugitifs qu’ils sont, ils cumulent la couardise à l’erreur politique, ce qui n’a jamais donné dans l’histoire de bons résultats.

 

Alors ils nous abreuvent de grands principes, certains éditent presque des notices techniques comportementales afin de ne pas froisser la susceptibilité des Hanyieh, Abbas ou Meshaal, d’autres nous promettent l’apocalypse si l’on fâche nos si « grands alliés » que sont l’insignifiante Union Européenne ou l’errante Amérique d’Obama.

 

Alors ils déversent des textes sans fin ou ils expliquent les risques mais ne donnent aucune solution ou aucune méthode qui n’est déjà été expérimentée et qui se soit soldée par un fiasco, non l’idée est de se montrer « progressif », « humaniste », « ouvert », de se faire plaisir, de flatter son ego à coup de formule lapidaire à moins que cela ne soit de propos de comptoir, d’enfoncer des portes ouvertes et de combattre des moulins à vent.

 

Pendant ce temps les enfants de Gaza continue d’apprendre à haïr les juifs, les roquettes pleuvent sur Israël, les attentats se multiplient et les enfants maintenant sont la cible d’assassins monstrueux, mais nos philosophes n’ont NI PUDEUR NI DECENCE et c’est sur des cadavres d’adolescents suppliciés qu’ils écrivent leurs plus belles lignes, qu’ils espèrent plus ou moins secrètement, pour la postérité.


 Serge-Salfati.jpg

Serge Salfati,

 

 

 

 

 

thetimesofisrael-fr


 


 


 


Repost 0
Published by France Israël Basse Normandie - dans Israël
commenter cet article
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 21:00

3 jeunes garçons israéliens assassinés

Mardi 1er Juillet à 18h00, nous étions quelques centaines de personnes venues, place de la Convention, pour venir crier notre colère contre l’assassinat barbare de trois adolescents israéliens !

L’U.P.J.F, le B.N.V.C.A, SIONA, la WIZO, de nombreuses Loges B’NAI B’RITH, EUROPE-ISRAEL, la FEDERATION DES JUIFS NOIRS, le M.P.C.T, les ARMENIENS AMIS D’ISRAEL, RADIO J, et de nombreux amis d’Israël comme Guy et Keltoum Millière étaient présents.

 

Le cortège s’est déplacé jusqu’aux alentours de la Représentation Palestinienne à Paris où un Kaddish a été récité suivi par un sitting de recueillement .

 

De nombreux jeunes, présents, ont crié leur colère et leur volonté de protéger leurs enfants contre les barbares.

 

Par ailleurs, ce matin, mercredi 2 juillet, nous apprenions qu’un jeune adolescent palestinien était enlevé et assassiné à Jérusalem-Est.

 

Nous condamnons avec la plus grande fermeté cet acte barbare mais, à l’heure actuelle, nous ne pouvons présumer de l’origine de ce crime horrible.

 

Aussi, nous ne pouvons comprendre la déclaration du Secrétaire d’Etat John Kerry lorsqu’il déclare que : «Ceux qui entreprennent des actes de vengeance ne font que déstabiliser une situation déjà explosive et émotionnelle».

 

Comment sait-il qu’il s’agit d’un acte de vengeance ?

 

Si cela était le cas, de toute évidence une forte condamnation serait plus que justifiée. Mais, il est également possible que ce crime ait d’autres motivations.

 

Pour notre part, nous faisons une totale confiance dans la justice et la démocratie israélienne; de ce fait, nous devons laisser la police faire son travail et trouver les coupables qui devront être chatiés avec la plus grande sévérité.

 

Mais, il semble, apparemment, que pour monsieur John Kerry, comme pour certains medias et politiciens occidentaux, attendre des informations, attendre la preuve des services de renseignements ou de l’enquête de la police s’avère nécessaire uniquement lorsque les victimes sont israéliennes.

 

Il est d’ailleurs extrêmement triste que certains activistes anti-israéliens, voire certaines associations juives, se voulant plus royalistes que le roi, se précipitent dans des conclusions incertaines.

 

Ce sont des déclarations de ce type, infondées ou pour le mieux prématurées, qui déclenchent le cycle de la haine.

 

La situation est suffisamment grave et tendue, pour ne pas en rajouter.

 

Israël est un Etat de droit, contrairement à la plupart de ses voisins, et nous pouvons lui faire confiance pour chatier les criminels quelles que soient leurs origines, et quelle que soit l’origine de leurs victimes.

 

Si les palestiniens agissaient avec la même détermination contre l’assassinat de jeunes juifs, ce serait alors le début d’une nouvelle donne pour la région et le début d’une confiance retrouvée.

 

Et, seule la confiance pourra mener à la Paix ! Nos politiques doivent le comprendre.

 

S’il s’avérait que l’auteur de l’assassinat du jeune palestinien a, effectivement, agi par « vengeance », et s’il apparaissait que cela était le crime d’un individu isolé et illuminé, ce serait le triste tribut payé à la folie humaine, mais s’il s’agissait de personnes agissant en bande organisée, alors les conséquences pour la région pourraient être désastreuses car ce serait la première fois qu’une organisation juive israélienne, débordée par son affect, aurait bousculé le rationnel, le droit et le juste pour sombrer dans la violence aveugle et l’injuste.

 

Nul ne peut accepter que l’on sacrifie un innocent pour le crime d’un autre !

 

N’oublions pas que quels que soient les évènements, tristes, pénibles, horribles, voire monstreux qu’ont vécus les israéliens, et ils en ont connu beaucoup, jamais ils ne se sont laissés aller à s’organiser pour perpétrer des actes violents en se faisant justice eux-mêmes.

 

Les pires criminels et les pires terroristes ont toujours été jugés conformément à la Justice qui prévaut dans un Etat de droit.

 

Dès le lendemain de la prise de connaissance de la mort tragique de ce jeune palestinien, des hordes vengeresses ont cru bon de se déverser dans les rues de Jérusalem pour « venger » un meurtre présumé alors que nul ne sait, aujourd’hui, qui en est l’auteur.

 

Qu’aurait-on dit si au lendemain du massacre des trois adolescents israéliens, des juifs israéliens s’étaient livrés à des ratonnades dans les rues de Jérusalem ?

 

Il est temps de revenir à la raison, de combattre avec détermination le terrorisme, partout sur la planète, partout où il s’installe car il est le venin du « vivre ensemble ».

 

Le terrorisme prend en otage notre jeunesse pour la donner en offrande aux démons de la haine.

 

Il est temps que le monde se réveille et se lève contre le terrorisme dont les femmes, les homosexuels, les juifs , les chrétiens mais également les musulmans modérés sont les victimes.

 

Ces terroristes, ces hordes barbares, ces « afficionados de la mort » n’ont comme seul but que de propager la mort et l’intolérance, de combattre nos valeurs acquises au travers des siècles.

 

Hommes libres, réveillez-vous ! Demain il sera trop tard !

 

Richard C. Abitbol,

Richard-C.-Abitbol.jpg

 


pour

thetimesofisrael-fr

 

 

 

 

 

 

 

Mr Abitbol est Président du C.J.F.A.I (Confédération des Juifs de France et des Amis d’Israël), d'AGIR ENSEMBLE, de la Loge Deborah Sam Hoffenberg du B’nai B’rith, Vice-Président du B.N.V.C.A (Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme), Membre du “Board of Governors du B’nai B’rith International”, Membre de la Commission Israël du B.B.E, Membre du Bureau de l’U.P.J.F, Membre de la Commission de Lutte Contre l’Antisémitisme du Consistoire Central, et Ancien Président de la L.I.C.R.A Val-de-Marne



Repost 0
Published by France Israël Basse Normandie - dans Israël
commenter cet article
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 03:25
hamas_assassins.jpg
Les deux assassins des 3 jeunes Israéliens
Il est très difficile de rester impassible devant la lâcheté arabe lorsque trois jeunes adolescents sont assassinés de sang-froid.
Les Palestiniens et autres miliciens arabes ne seront heureusement jamais de bons guerriers car ils ne s’attaquent qu’à des civils et à des jeunes sans défense, au lieu de combattre Tsahal.
Ils ne leur ont laissé aucune chance d’être échangés.
Quand ils n’égorgent pas comme en Syrie et en Irak, ils tirent sur des prisonniers désarmés.
Mais il faut avoir beaucoup d’imagination pour trouver une réponse appropriée à ces meurtres sans bien sûr qu’elle ne soit qualifiée de disproportionnée par les Occidentaux.
L'armée a prévenu :  
«Nous préparons un plan pour faire avancer une opération dans la bande de Gaza. L'objectif est d'éviter l'escalade et agir de manière responsable».
On ignore avec certitude les véritables coupables de cet assassinat mais en tout état de cause les dirigeants palestiniens sont coupables et responsables.
Coupables de ne pas contrôler leurs militants et de ne pas les désarmer alors qu’ils disposent d’une police armée en surnombre, financée par l’Autorité palestinienne.
Or diriger un pays c’est y faire respecter l’ordre, à l’abri des terroristes, pour en faire un État de droit.
Comment peuvent-ils donc prétendre à créer leur propre État s’ils se laissent déborder par des groupes terroristes ? 
Alors ils font les jolis cœurs face à l’opinion mondiale et laissent des barbares commanditer en sous-main des massacres.
Ils sont aussi coupables parce que leurs services de sécurité sont débordés ou volontairement passifs.
D’une part, ils veulent se montrer respectueux des décisions internationales face aux médias et aux dirigeants mondiaux et, d’autre part, ils laissent leurs militants attiser la haine par des actes indicibles.
Sauf à évacuer le village des ravisseurs et à le raser entièrement pour y  construire une implantation du nom des trois victimes comme le préconisent certains extrémistes, rien ne pourra arrêter d’autres crimes similaires. 
Les terroristes du Hamas détruisent des jeunes vies tandis que l’armée israélienne détruit des pierres en représailles parce qu’elle tient à être respectueuse de la vie des autres, fussent-ils des terroristes.
Mais il y a toujours une limite à la courtoisie.
Alors le Cabinet de sécurité israélien s'est réuni en urgence et a échafaudé des mesures contre le principal suspect, le Hamas, parce que les assassins putatifs, Marwan Qawasmeh et Amer Abou Aisha, font partie de ses rangs.
Tous les observateurs s’attendent donc à une attaque contre Gaza sous une forme que seul l’État-Major décidera.
Certes, cela ne ramènera pas les jeunes israéliens à la maison et cela ne servira certainement pas de leçon car les terroristes sont intoxiqués par la propagande islamiste.
Le Cabinet israélien de sécurité est divisé sur la réponse israélienne approprié à l’assassinat des adolescents ce qui confirme la difficulté de la prise de décision.
Mais déjà les dirigeants du Hamas ont évacué leurs locaux administratifs pour se terrer dans les tunnels et les sous-sols des hôpitaux.
Ils n’apparaissent plus en plein jour de crainte de se faire assassiner.
Ils craignent qu’Israël ne décide de frapper le mouvement terroriste au sommet, même s’il s’agit d’une hydre à plusieurs têtes qui repoussent à mesure qu'on les coupe.
Alors craignant des mesures militaires qu’il redoute, le Hamas se prépare au combat diplomatique avec ses alliés régionaux même s’il continue à fanfaronner :  
«Les Brigades Ezzedine al-Qassam ont amélioré leurs capacités de roquettes  et sont maintenant en mesure de cibler n'importe quelle ville israélienne dans toute bataille à venir».
Alors le sauve-qui-peut diplomatique devient la règle. 
Les dirigeants du Hamas ont multiplié les contacts diplomatiques avec les chancelleries arabes et occidentales pour empêcher ou freiner toute action militaire israélienne.
Ils ont compris, qu’en apparaissant comme de faibles victimes, ils vont susciter la pitié face à un adversaire plus puissant et retourner la situation à leur profit.
Une fois l’horreur réalisée par ses militants, le chef du Hamas à l’étranger, Khaled Mechaal, pavane.
Il a alerté l'émir cheikh Sabah al-Ahmad du Koweït, président du Sommet arabe, les présidents du Yémen et du Soudan et le premier ministre malaisien Najib Abdul Razak pour leur demander de soutenir le peuple palestinien en guerre et de préparer une éventuelle riposte au Conseil de sécurité de l’ONU pour condamner Israël et l’obliger à cesser toute action militaire.
Mechaal a contacté l’Émir du Qatar, Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani, le Secrétaire général du CCG (Conseil de coopération du Golfe) Abdul Latif al-Zayani, le secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique, Iyad Madani, et le président iranien Rouhani pour organiser la riposte diplomatique.
C’est dire si Israël aura une lourde tâche et surtout les bras liés par l’opinion internationale qui prend toujours fait et cause pour les Palestiniens.
La Russie a aussi été approchée  dans le cadre d’un renforcement des liens entre le Hamas et Moscou.
Osama Hamdan, le chef du département des relations internationales du Hamas, a déjà planifié de son côté, une série de visites auprès des pays arabes.
Le Hamas, qui n’est pas capable de supporter le choc d’une attaque sur Gaza, sauf à envoyer des missiles sur le sud d’Israël, ne se prépare pas à la lutte militaire sachant qu’il sortirait perdant comme toutes les fois où il s’en est pris à l’armée israélienne, en 2008 et en 2012.
Mais il a l’option de la lutte diplomatique où il excelle sachant qu’il dispose à l’ONU d’une majorité automatique favorable à ses thèses.
Jacques Benillouche,
temps contretemps
Repost 0
Published by France Israël Basse Normandie - dans Israël
commenter cet article
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 23:21

France Israël Basse Normandie (37)

 

Le meurtre d'un jeune palestinien présenté comme une "vengeance" suite à l'assassinat des trois jeunes israéliens est tout sauf évident contrairement à ce que prétend un conseiller municipal israélien de Jérusalem Est proche de l'extrême gauche (Meretz).

C'est plutôt un classique déjà pratiqué à Sétif en 1945 où des balles certainement islamo-nationalistes ont abattu deux scouts musulmans afin de susciter le bain de sang : les représailles sur cent européens puis la répression attendue et à laquelle des communistes participèrent car des instituteurs avaient vu leurs mains cisaillées, ce qui est bien là la preuve par excellence de la préméditation puisqu'il fallait indiquer déjà le caractère "boko haram" du Savoir.

 

Idem, ici, dans ce cas, où l'on peut fort bien accuser un "extrémiste" juif sauf que l'on n'en sait rien, il faut juste espérer que la police israélienne n'ait pas encore rendu le corps à la famille afin de pousser les investigations.

 

Mais observez le deux poids deux mesures des officiels palestiniens et étrangers qui ont certes condamné mais sans plus le triple meurtre des jeunes israéliens tandis que les médias faisaient le strict minimum alors qu'ils commencent à se déchaîner sur ce sur mort palestinien (France Info, BBC) en interviewant quelques émeutiers qui en appelle comme un fait exprès à une "troisième Intifada".

 

Tout cela est donc de plus en plus cousu de fil blanc.

 

Autrefois, il y a cent ans (disons avant 67) ? l'assassinat, de sang froid, de trois jeunes gens israéliens auraient incité les responsables politiques français à exiger des explications de la part desdits  "Palestiniens" au lieu de se contenter de discourir avec quelques mots forts.

 

Et les médias auraient fait des éditions spéciales car ce n'est pas rien d'assassiner des enfants comme si les meurtriers désiraient provoquer enfin une escalade, comme s'ils voulaient son lot de morts et que tout cet appel à la violence infinie n'entraîne de plus en plus la guerre, la vraie, pas seulement les escarmouches, la vraie de vraie comme Assad ou Isis la mènent.

 

Le meurtre de ce jeune palestinien y amène.

 

Alors que ses dirigeants sont dans une impasse totale, et préfèrent se poser en éternelles victimes, quitte à tuer l'un des leurs.

 

Espérons que les dirigeants israéliens ne tombent pas dans ce piège et qu'au contraire fasse en sorte de reprendre les négociations en commençant d'abord par la question des réfugiés, arabes et juifs, alors que d'habitude celle-ci vient en dernier et en fait fait capoter l'ensemble.

 

On verra bien alors qui veut vraiment la paix au sens universel et non pas biaisé.

 

(Lire mon interview sur cette question par le Jérusalem Post).

 

 

 

 

Lucien SA Oulahbib,

 

 

 

 

 

france israel paris

Repost 0
Published by France Israël Basse Normandie - dans Israël
commenter cet article
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 21:09

obseques-jeunes-hebron.jpg

 

Le cabinet restreint de sécurité, constitué des principaux ministres israéliens, s’est réuni deux fois sans qu’aucune majorité n’ait pu se dégager quant à la forme précise que devaient prendre les représailles après la découverte des trois corps des jeunes adolescents enlevés près de Hébron.

Dans l’attente d’une décision ministérielle, l’aviation israélienne s’est bornée à casser des pierres dans le cadre de frappes «immobilières» visant des dépôts de munitions et des usines de production de roquettes.

Le ministre de la défense, Moshé Yaalon, qualifié jusqu’alors de faucon du gouvernement, s’est montré réticent à lancer une opération d’envergure contre Gaza.

 Le pouvoir l’a rendu en effet très pragmatique. Naftali Bennett, ministre de l’économie et du commerce et  président du parti HaBayit Hayehudi,  et Gilad Erdan membre du Likoud et ministre de la communication du Likoud, ont exigé une opération militaire à grande échelle contre le Hamas.

 

Tsipi Livni, ministre de la justice et dirigeante du parti Hatnoua, Yaïr Lapid ministre des finances et responsable de Yesh Atid, Yitzhak Aharonovich, ministre de la sécurité intérieure et Avigdor Lieberman, ministre des affaires étrangères, ont tous prôné la modération.

Les hésitations s’expliquent par l’impossibilité de prouver avec certitude quelle organisation terroriste est responsable de l’enlèvement.

 

Si l’on connaît le nom des ravisseurs présumés, Marwan Qawasmeh et Amar Abu Aisha, on ignore les commanditaires de l’opération dans toute cette nébuleuse islamique.  

 

Les deux têtes de l’exécutif israélien savent le lourd tribut qu’aurait à payer l’armée israélienne dans une action non réfléchie ; ils ont réussi à convaincre leurs collègues de la nécessité d’une modération dans les représailles.  

 

Une action contre le Hamas en Cisjordanie reste restreinte et inefficace car ses militants sont minoritaires et intégrés au sein de la population tandis que des représailles contre Gaza réchaufferait le front avec le lancement de centaines de roquettes sur le sud du pays.

Le gouvernement avait affirmé détenir des preuves de l’implication du Hamas dans le meurtre mais à ce jour rien de concret n’a été publié à ce sujet.

 

Le chef du bureau politique, Khaled Mechaal, doté d’une grande expérience politique, a nié la responsabilité du Hamas alors que d’ordinaire il était le premier à se glorifier d’une pareille opération.

 

Sauf à choisir le suicide politique, il pouvait difficilement cautionner un pareil acte alors qu’un accord de réconciliation venait à peine d’être signé entre le Fatah et le Hamas.

 

Le Hamas est en effet trop faible et trop isolé pour supporter les conséquences des représailles israéliennes.

 

Quant à Mahmoud Abbas, il ne peut pas être accusé de complicité.

 

Il a eu le courage d’une déclaration claire en Arabie saoudite en condamnant sans ambiguïté l’enlèvement et en appelant les ravisseurs à libérer les trois adolescents.

Le doute s’est installé dans l’esprit israélien lorsque l’organisation égyptienne Ansar Bayt al-Maqdis, les
Partisans de Jérusalem, a revendiqué le triple meurtre le 1er juillet, le tir de roquettes depuis Gaza et son allégeance au Calife Abou Bakr al-Baghdadi.
Le groupe terroriste n’a certes donné aucune preuve de sa participation à l’enlèvement et il pourrait s’agir uniquement d’une opération opportune de communication mais l'incertitude persiste.  

Ce groupe djihadiste, actif depuis 2011 dans la péninsule du Sinaï, a étendu ses actions terroristes en 2013 par des attentats perpétrés au Caire.

 

Le 16 février 2014, il a revendiqué l'attaque qui coûta la vie de quatre sud-Coréens et d’un Égyptien lors de l'explosion d'un bus à la frontière entre l'Égypte et Israël.

 

Proche d’Al-Qaeda, ces sunnites veulent concurrencer les djihadistes d’EIIL (État Islamique en Irak et au Levant) en s’implantant en Cisjordanie et en y menant des actions terroristes qui les feraient connaitre de la population palestinienne.

 

L'enlèvement pourrait ainsi signer leur première action en Cisjordanie.

Cette émanation du Hamas est effectivement constituée de dissidents qui refusent la trêve et qui tiennent à continuer le combat armé contre Israël.
Il comprend plus de 2.000 miliciens installés surtout au Sinaï et recrutés parmi les Bédouins mais leur présence a été signalée en Cisjordanie.
Le Hamas s’était démarqué de ce groupe dès janvier 2014 en précisant qu’Ansar Bayt Al-Maqdis «n’était pas palestinien» et qu’il était plus proche d’Al-Qaeda que des Frères musulmans.

Le gouvernement israélien reste donc prudent et veut éviter de se lancer dans une opération où les vrais coupables seraient épargnés et qui l’isolerait diplomatiquement des chancelleries occidentales, promptes à qualifier toute opération militaire de ....«réaction disproportionnée»

 

 

 

 

Jacques Benillouche,

 

 

temps contretemps


Repost 0
Published by France Israël Basse Normandie - dans Israël
commenter cet article
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 18:41

Memoire-3-jeunes-adolescents-israeliens.jpg 

Le pays est sous le choc.

 

La tristesse entachée par la colère.

 

Oui, tous s’y attendaient.

 

Les jours s’écoulant inexorablement, sans aucune information, sans revendication, le silence pour écho aux prières et aux gémissements.

 

Tous s’y attendaient, et pourtant, la douleur reste la même.

 

Le pays immobilisé et engourdi dans une même torpeur.

 

La nouvelle est tombée, les larmes ont coulés sur les joues des proches et des anonymes, des rassemblements spontanés organisés à travers le pays.

 

3 gamins, 3 gamins !!!

 

Le besoin de se recueillir se fait sentir, le besoin de pleurer simplement, sans analyse politique, sans penser à la suite, juste pleurer le sort de ces 3 jeunes.

 

Mais c’est bien trop demander dans cette région hystérique où les faits d’horreur s’enchainent, s’alimentent, s’engraissent les uns les autres, fruits d’un jeu de dupes huilé au fil du temps.

 

Le Hamas promet d’ ‘’ouvrir les portes de l’enfer’’ sur Israël dans le cas d’une attaque contre Gaza, Netanyahu promet une vengeance que ‘’le diable en personne n’aurait pu imaginer’’.

 

La rhétorique est dure, guerrière, forte.

 

Il faut impressionner l’ennemi, rendre coup pour coup.

 

Non, rendre 10 coups pour 1.

 

Rendre plus fort, si fort qu’il ne s’en relèvera pas.

 

Oui mais voilà, il s’en relève, il s’en est toujours relevé.

 

Le Hamas – et le terrorisme dans son ensemble – est notre Hydre de Lerne, créature monstrueuse à multiples têtes se régénérant doublement lorsqu’elles sont tranchées.

 

Qu’on me dise en quoi la stratégie de la réponse armée, et uniquement la réponse armée a été efficace jusqu’ici et en quoi elle peut prévenir ce type d’horreurs.

 

Que quelqu’un me démontre en quoi les représailles de type ‘’œil pour œil – dent pour dent’’ se sont soldées par l’éradication du terrorisme.

 

Il est facile et accommodant pour les politiques de réagir avec force et violence. Populisme.

 

Dispensé pour apaiser un public traumatisé en demande naturelle d’une vengeance, là, maintenant, dont les résultats sont tangibles, visibles.

 

Démolir les maisons des familles des terroristes, frapper Gaza, construire des colonies supplémentaires.

 

Comme si cela pouvait donner le moindre sens à toute cette absurdité.

 

Je crois qu’il demande beaucoup plus de courage de réagir à cette tragédie de façon raisonnable et raisonnée.

 

L’émotion ne nous dispense pas de la réflexion. Une punition collective de la population palestinienne serait tout bonnement contreproductive.

 

Israël a le droit et la légitimité de répondre à cette attaque abjecte mais cette réponse doit être pesée, prise en concertation avec les différentes factions politiques, en direction des terroristes et non aveugle.

 

J’entends qu’un nouvel avant-poste dans le Gush Etzion a été mis en place en réponse au meurtre des adolescents.

 

En quoi cela peut-il être logique une seule seconde ?

 

En quoi, tout faire pour qu’Israël ne dispose JAMAIS de frontières tangibles et jette des colons et des soldats pour protéger ces mêmes colons en pâture à des factions terroristes sanguinaires, peut-il être logique une seule seconde ?

 

Je ne prétends pas avoir de solution toute définie et je ne connais que trop bien les ramifications du conflit pour tomber dans la simplication.

 

J’exprime néanmoins ici mon ressenti de civile, de citoyenne israélienne dont le jeune frère vient d’entrer à l’armée, de jeune femme dont les futurs enfants grandiront sans doute au sein de cette Terre-là et qui espère que leur réalité sera différente.

 

 Illana Attali,

Illana-Attali.jpg

 

 

thetimesofisrael-fr



Repost 0
Published by France Israël Basse Normandie - dans Israël
commenter cet article